Anorexie nerveuse, boulimie et autres troubles alimentaires apparentés – Résumé

Chroniques mensuelles

Chroniques mensuelles

Qu’est-ce qu’un trouble de l’alimentation?

Les troubles alimentaires sont des manifestations extrêmes de problèmes à l’égard du poids et de l’alimentation, qui peuvent affecter autant les hommes que les femmes. Les plus courants sont l’anorexie nerveuse, la boulimie et la compulsion alimentaire. Les troubles de l’alimentation ont de sérieuses conséquences sur la santé et peuvent provoquer des problèmes graves s’ils ne sont pas traités à temps.

L’ANOREXIE NERVEUSE se caractérise par un état de jeûne volontaire et une perte excessive de poids.

Les symptômes comprennent également :

• un refus de la personne de maintenir son poids à un minimum normal, en fonction de sa taille et de son âge ;

• une peur intense de prendre du poids ;

• une perturbation de l’image corporelle ;

• chez les femmes, un arrêt des menstruations pendant trois mois consécutifs ;

• une préoccupation constante et extrême de son poids et de son apparence physique.

LA BOULIMIE se caractérise par des cycles répétitifs d’épisodes de compulsion alimentaire suivis de comportements de purge.

Les symptômes également constatés sont :

• un sentiment de perte de contrôle durant les épisodes de compulsion alimentaire et l’utilisation de moyens de purges tels les vomissements provoqués, l’utilisation de laxatifs, de coupe-faim ou de diurétiques, les exercices compulsifs ;

• des diètes fréquentes ;

• une préoccupation constante et extrême de son poids et de son apparence corporelle ;

• une peur intense de perdre le contrôle de son poids.

LA COMPULSION ALIMENTAIRE se caractérise par l’ingestion compulsive d’une très grande quantité d’aliments en un court laps de temps. Même s’il n’y a pas de comportements de purge, on remarque souvent des antécédents de diètes répétitives. Le poids corporel peut varier de normal à moyen, mais peut également aller jusqu’à une obésité sévère.

Quelles sont les causes d’un trouble de l’alimentation?

Les troubles de l’alimentation se développent sur une longue période, ils résultent d’une combinaison de facteurs psychologiques, interpersonnels et sociaux. Les sentiments d’inefficacité, d’anxiété et d’isolement, tout comme les conflits dans les relations familiales et interpersonnelles peuvent contribuer au développement d’un trouble de l’alimentation. La culture ambiante de la société y contribue aussi, d’une certaine façon, par sa perpétuelle idéalisation de la minceur et du corps parfait. Une fois amorcé, le trouble de l’alimentation peut s’auto perpétuer, c’est-à-dire qu’il devient un mode de vie pour la personne qui en est atteinte. Les régimes, les épisodes de compulsion alimentaire et les comportements de purge conduisent certaines personnes à éviter d’affronter des émotions difficiles et à croire ainsi qu’elles ont un contrôle sur leur vie. Pourtant, ces comportements réduisent considérablement la santé physique, l’estime de soi, la stabilité ainsi que l’équilibre émotionnel.

Quels sont les principaux signes avant-coureurs?

Parmi les nombreux signes avant-coureurs on observera :

• Une baisse ou une augmentation marquée du poids, non liée à une cause physique ou médicale et survenant dans un cours laps de temps.

• L’apparition d’habitudes alimentaires inhabituelles telles qu’une diète sévère, une préférence pour des aliments étranges (ex. : combinaisons d’aliments tels que des desserts sucrés avec l’ajout de mayonnaise, des céréales riches en fibres avec de l’eau comme repas principal), des manies ou des rituels à l’heure des repas (ex. : couper les aliments en très petits morceaux, manger dans de petites assiettes, essorer la viande pour en extraire le gras).

• Une préoccupation intense de son poids et de son apparence physique.

• Des exercices compulsifs ou en quantité excessive.

• Des vomissements provoqués, l’abus de laxatifs, de coupe-faim ou de diurétiques.

• Un sentiment d’isolement, de fréquentes sautes d’humeur, la dépression ou l’irritabilité.

Qu’est-ce que le traitement implique?

Le traitement le plus efficace et ayant les meilleurs résultats à long terme est une forme de psychothérapie, combinée à une attention particulière aux besoins médicaux et nutritionnels. Ce traitement devra être adapté à l’individu et varier en fonction de la sévérité de son trouble de l’alimentation, de sa santé et ses besoins particuliers.

La psychothérapie touchera les symptômes du trouble alimentaire, mais également les causes sous-jacentes d’ordre psychologique, interpersonnel et culturel. Une approche s’attardant exclusivement à un symptôme ou uniquement aux causes sous-jacentes ne ferait qu’allonger le processus de guérison.

Les traitements dans un centre spécialisé, comme la Clinique St-Amour, sont offerts en clinique externe et en suivi intensif avec ou sans hébergement.

Que faire si vous croyez qu’une personne souffre d’un trouble de l’alimentation ?

• Renseignez-vous sur les symptômes de l’anorexie nerveuse et de la boulimie.

• Ayez une conversation avec la personne avant de conclure qu’elle souffre d’un trouble alimentaire et laissez-lui la chance de s’exprimer sur son état ;

• Consultez rapidement un professionnel de la santé.

• Montrez-vous attentif et ouvert lorsque vous lui parlez. Abordez le sujet sur un ton amical et amenez la personne à se confier, plutôt que de lui poser une série de questions qui pourraient la mettre mal à l’aise.

• Faites comprendre à la personne que vous vous souciez de sa santé et de son bien-être avant tout et ne lui parlez pas seulement de son apparence physique ou de sa perte de poids. Faites-lui savoir comment vous pouvez l’aider en lui apportant de la documentation sur le sujet, en lui donnant le nom d’un professionnel de la santé.

• Soyez patient. Il est fort probable qu’elle vous repousse au début. Admettre qu’on a un problème fait peur et l’idée d’avoir à changer son comportement est encore plus effrayante.

• Assurez-vous qu’elle a bien compris que son état vous inquiète sérieusement et que vous voulez la revoir pour en parler. Donnez-lui un peu de temps pour réfléchir.

• Ne faites pas de promesses que vous ne pouvez pas tenir (par exemple, ne promettez pas de ne rien dire si vous croyez que sa santé est menacée).

• Informez-vous pour connaître les ressources existantes dans le milieu et pour savoir quoi faire en cas d’urgence.

• Soyez conscient de vos limites. Les troubles de l’alimentation sont complexes, dangereux et difficiles à traiter ; ils nécessitent souvent l’intervention de toute une équipe de spécialistes. Ne vous substituez pas aux professionnels.

Comment aider une personne de son entourage?

• Apprenez à reconnaître les symptômes des troubles de l’alimentation.

• Soyez conscient du fait que les troubles de l’alimentation peuvent être fatals et agissez en conséquence.

• Faites preuve de compréhension, de respect et de sollicitude lorsqu’une personne de votre entourage se confie à vous.

• Essayez de la convaincre qu’elle a besoin d’aide.

• Soyez prêt à l’aider en cas de besoin.

• Partagez vos propres expériences.

MAIS…

• N’agissez pas seul, demandez de l’aide.

• Ne tentez pas de résoudre son problème à sa place ; elle doit voir un professionnel qualifié.

• Ne lui faites pas de reproches et ne la ridiculisez pas.

• Ne craignez pas de la contrarier, parlez-lui ouvertement.

• Ne la rejetez pas et ne l’évitez pas, elle a besoin de vous.

• Ne vous laissez pas tromper par ses excuses.

© 2005 Clinique St-Amour

La Clinique St-Amour offre un suivi spécialisé pour les personnes atteintes d’anorexie nerveuse et de boulimie dans un environnement chaleureux et confidentiel. Appelez-nous pour obtenir de l’aide.

1-418-834-9825

1-800-678-9011