Froid ou chaleur pour mes douleurs ?

Chroniques mensuelles

Chroniques mensuelles

L’entraînement – cours à pied, vélo, nage, tennis, randonnée, etc. – est certainement bénéfique pour le corps mais la plupart des sportifs et athlètes connaissent de temps à autre des périodes de douleurs musculaires et de courbatures plus ou moins intenses. Lorsqu’il est question de récupération optimale après une activité physique, est-ce l’application de glace ou de chaleur post-entraînement qui procure le plus de bénéfices?

Dans un rapport, des chercheurs se sont penchés sur 17 études comportant près de 400 sujets. Ces sportifs courageux qui devaient endurer un bain de glace d’une durée d’au moins 5 minutes après une séance d’exercices éprouvaient 20% moins de courbatures que ceux qui se reposaient tout simplement [1]. Un bain rempli de glace ne vous attire pas? Les compresses froides ont également du succès en réduisant le flux sanguin dans les muscles de 50% après 10 minutes d’application de glace [2].

Certains experts ont trouvé que la cryothérapie (thérapie par le froid) est une façon efficace de prévenir les courbatures. (Il est important de se rappeler que cela aide seulement à la diminution de la sensation de douleur et ne répare pas réellement les muscles plus vite.)

La chaleur ne pourrait pas non plus accélérer le processus de réparation musculaire. Une étude montre que l’application de chaleur après une séance d’exercices ne réussirait pas à prévenir la douleur musculaire d’apparition retardée (DOMS). [3] Il faut mentionner que la quantité d’études de haute qualité sur le sujet sont limitées. Une seule étude montrait que l’application de chaleur pourrait réduire les douleurs lombaires tandis que d’autres études plus anciennes préviennent qu’appliquer la chaleur incorrectement pourrait prolonger le processus de guérison pour certaines formes de blessures sportives [4] [5]. Ouch!

Le plan d’action

L’application de glace crée un effet analgésique local de même que la constriction des vaisseaux sanguins ce qui permet de réduire l’enflure. La chaleur a en fait l’effet opposé : il augmente la circulation sanguine, ce qui peut accentuer l’inflammation. Par contre, si elle est appliquée une fois que l’enflure a disparu, la chaleur peut aider au processus de guérison du muscle et à la relaxation [6]. Assurez-vous de limiter l’utilisation des compresses chaudes à des sessions de 15 à 20 minutes au maximum, avec quelques couches entre la peau et la compresse pour éviter les brûlures.

Certains risques pourraient bien être associés à la cryothérapie également. Pour éviter tout danger potentiel, la recommandation typique d’application est d’une durée de 10 à 15 minutes. Appliquée sur une plus longue période, la glace pourrait endommager les tissus, augmenter la fréquence cardiaque et même mener à un choc.

Bien entendu il existe d’autres solutions pour apaiser les muscles en feu. La médicaments anti-inflammatoires peuvent aider à réduire l’enflure (consultez votre médecin ou pharmacien). Les étirements, une alimentation saine ainsi qu’une bonne hydratation peuvent aussi aider à accélérer le processus de régénération des muscles.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter.

Clinique chiropratique Dre Joëlle Malenfant, chiropraticienne
1316 avenue Maguire,
Québec, Québec G1T 1Z3
Téléphone : 581-742-4626
info@joellemalenfant.com

Article original:

What’s Best for Sore Muscles: Heat or Ice? http://greatist.com/fitness/what%E2%80%99s-best-sore-muscles-heat-or-ice

Autres sources:

1. Cold-water immersion (cryotherapy) for preventing and treating muscle soreness after exercise. Bleakley, C., McDonough, S., Gardner, E., et al. Health and Rehabilitation Sciences, University of Ulster, Antrim, UK. Cochrane Database of Systematic Review, 2012 Feb 15;2:CD008262.⤴
2. Cold therapy of athletic injuries. Thorsson, O. Kliniskt fysiologiska laboratoriet, Universitessjukhuset MAS, Malmö. Lakartidningen, 2001 Mar 28;98(13):1512-3.⤴
3. Effects of deep heat as a preventative mechanism on delayed onset muscle soreness. Brock Symons, T., Clasey, J.L., Gater, D.R., et al. Department of Kinesiology and Health Promotion, University of Kentucky, Lexington, KY. The Journal of Strength & Conditioning Research, 2004 Feb;18(1):155-61.⤴
4. Athletic injuries: Heat vs. cold. Kalenak, A., Medlar, C.D., Fleagle, S.B., et al. American Family Physician. 1975 Nov;12(5):131-4.⤴
5. Treatments for chronic pain in persons with spinal cord injury: A survey study. Cardenas, D.D., Jensen, M.P. University of Washington, Department of Rehabilitation Medicine, Seattle, WA. Journal of Spinal Chord Medicine, 2006;29(2):109-17.⤴
6. Effect of heating on vascular reactivity in rat mesenteric arteries. Massett, M.P., Lewis, S.J., Bates, J.N., et al. Department of Exercise Science, The University of Iowa, Iowa City, Iowa. The Journal of Applied Physiology, 1998 Aug;85(2):701-8.⤴