Le torticolis, quand votre cou ne tourne plus

Truc chiro

Le torticolis se traduit par une contraction musculaire au niveau du cou. Bien que bénin, le torticolis peut s’avérer très douloureux et handicapant. En général, les symptômes se décrivent par une raideur prononcée de la nuque ou une incapacité à bouger la tête normalement.

En réalité, le vrai torticolis est une affection mécanique très rare qui n’est généralement pas douloureuse, mais où des spasmes musculaires peuvent apparaître au fil du temps. Le syndrome facettaire (articulation arrière de la colonne) est, quant à lui, une inflammation à la partie arrière joignant deux vertèbres appelées facettes. Une bonne rotation du cou nécessite un fonctionnement optimal des os, des tendons et des muscles. L’ajustement chiropratique peut s’avérer une solution nécessaire pour soulager votre cou en cas de blessure et lui redonner l’amplitude habituelle. Les facettes articulaires sont recouvertes d’une membrane de soutien, la capsule.

Suite à un étirement prolongé ou soudain, il se peut que la capsule s’étire et crée une inflammation qui envahira très rapidement l’espace réservé aux nerfs à la sortie des vertèbres. Le mouvement de va-et-vient des racines nerveuses étant fortement réduit et les racines n’étant pas élastiques, tout mouvement de la tête dans leur direction provoquera une douleur vive. Afin de diminuer la douleur, vous essayez habituellement de garder la tête penchée du côté moins douloureux.

Les causes du torticolis

Le torticolis est généralement provoqué par une contraction excessive d’un à plusieurs muscles. La présence de torticolis peut être un signe qu’il y a une dysfonction dans l’interaction entre les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. Si le système nerveux ne fonctionne pas normalement, il peut en résulter une augmentation de la tension musculaire, appelée spasme musculaire. C’est un mécanisme de protection que le système nerveux met en place afin d’éviter une blessure plus importante.

Tout le monde, à un moment ou à un autre, peut sourir de cette a ection. Une position prolongée de sommeil sur le ventre, une sieste sur le divan (le cou à 45 degrés), une chute violente, un travail amenant le cou en hyperextension (vers l’arrière) comme peinturer des plafonds, ou encore une restriction de mouvement causée par la présence d’une dégénérescence du complexe de subluxation vertébrale (CSV) peuvent être la cause d’un syndrome facettaire.

Prévention du torticolis

Il est possible de prévenir le torticolis en maintenant une bonne posture au travail et en évitant les mouvements répétitifs. Une position de sommeil adéquate, sur le dos ou le côté, favorisera un alignement optimal du cou pendant le sommeil. L’ajustement vertébral peut aussi améliorer la mobilité vertébrale et ainsi prévenir les spasmes musculaires.

Traitement du torticolis

L’application de glace par période de 10 à 15 minutes du côté de la douleur per- mettra une diminution de l’inflammation articulaire et/ou musculaire. Contraire- ment à certaines croyances, le traitement le plus e cace n’est pas la mobilisation, mais bien les corrections vertébrales (mouvements). Des contractions musculaires isométriques (contraction du muscle contre une résistance) à gauche et à droite du cou peuvent alléger les tensions et les spasmes musculaires.

Le chiropraticien est habilité à poser le diagnostic d’un torticolis. L’approche chi- ropratique visera à diminuer le spasme musculaire, la douleur et l’inflammation. Le traitement visera à redonner la mobilité à votre cou et à rééduquer les systèmes nerveux, musculaire et squelettique. Si le torticolis est causé par des éléments hors du champ de pratique du chiropraticien, celui-ci vous dirigera vers le spécialiste le plus approprié pour vous.

Parlez-en à un professionnel de la santé de confiance, votre chiropraticien.